13.000 emplois créés ou conservés à Bruxelles grâce à l’action du Conseil de Coordination Economique (CCE)

  • Print

    Le Conseil de Coordination Economique (CCE) joue un rôle clé pour l’emploi en Région de Bruxelles-Capitale. Créé par arrêté du gouvernement bruxellois en 2002 et effectif depuis 2005, le CCE est une plate-forme d’échanges pour débattre et décider de solutions concrètes qui répondent aux difficultés rencontrées par les entreprises pour s’implanter, rester ou se développer à Bruxelles.

    Le CCE rassemble les dirigeants de 17 institutions publiques régionales en contact direct avec les entreprises : l’ABE, ACTIRIS, l’ADT, l’AEE, ATRIUM, BIE, Bruxelles-Environnement, Bruxelles-Formation, Bruxelles-Mobilité, le Conseil Economique et Social, la Direction de l’Urbanisme, le Fonds bruxellois de Garantie, INNOVIRIS, le Port de Bruxelles, la SDRB, la SRIB et la STIB.

    Le Conseil de Coordination Economique est présidé par la Ministre bruxelloise de l'Economie, de l'Emploi, de la Recherche scientifique, du Commerce extérieur, du Commerce, de la Santé, de la Formation des Classes Moyennes et de la Fonction publique; l’Agence Bruxelloise pour l’Entreprise assure au quotidien son bon fonctionnement et son secrétariat.

    Certains projets requièrent une attention toute particulière du fait de leur importance stratégique pour le développement de la région combinée avec la nécessité, pour les voir aboutir, de coordonner les actions de plusieurs institutions. Depuis 2005, 162 dossiers ont ainsi été traités par le CCE, dont 91 sont aujourd’hui clôturés. Ce chiffre est en forte hausse depuis 2009. En 2012, 41 nouveaux dossiers ont été ouverts auprès du CCE.

    Bilan positif : 82% des entreprises soutenues par le CCE choisissent de rester à Bruxelles et 78% de s’y implanter

    « L’action concertée du CCE a permis de trouver une solution concrète, coordonnées ponctuellement entre les différentes institutions bruxelloises, pour empêcher la délocalisation d’entreprises ou favoriser l’implantation à Bruxelles d’entreprises pourvoyeuses d’emplois. » explique Françoise Lambotte, et directrice du département Expertises et Coordination de l’ABE et responsable du CCE pour l'agence.

    • 8 dossiers sur 10 présentant un risque de délocalisation ont abouti à une solution positive pour l’emploi bruxellois. En chiffres absolus, 62 fleurons du tissu économique bruxellois ont décidé de rester dans la région.
    • Le CCE a également permis d’attirer de nouvelles entreprises. 8 dossiers traités sur 10 ont connu une issue favorable. Caméléon, Fujitsu, IP Global Net, la banque chinoise ICBC, les surgelés Picard et récemment le leader mondial de la production d'acide lactique, Galactic, ou encore l'usine de production de cosmétiques Filorga ont notamment choisi de s’implanter à Bruxelles.
    • Depuis 2005, les actions du CCE ont permis de créer ou de conserver plus de 13.000 emplois.

    Profil des entreprises accompagnées

    Les dossiers prioritaires suivis par le Conseil de Coordination Economique sont des projets d’importance socio-économique majeure pour la région. Ils concernent des entreprises qui répondent à l’un des 4 critères repris ci-dessous. La décision finale appartient au Ministre de l’Economie.

    • compter plus de 50 emplois directs à Bruxelles
    • compter plus de 25 emplois directs non qualifiés
    • relever de l’un des secteurs innovants prioritaires
    • être une marque emblématique de Bruxelles

    Les entreprises qui ont été soutenues par le CCE depuis sa création appartiennent principalement à 4 grands secteurs : l’industrie (18%), l’agro-alimentaire (15%), les services (14%) et les nouvelles technologies de l’information (10%).

    Les problématiques traitées peuvent être multiples pour une même entreprise. Les plus fréquentes sont la recherche de localisation (36%), les questions liée à l’environnement (18%) – permis d’environnement, mobilité, … -, le financement et les subsides (15%).

    Des moyens renforcés

    En 2012, vu l’augmentation du nombre de dossiers à traiter et le bilan positif du CCE, un budget supplémentaire a été libéré pour renforcer son action, budget qui a permis la création d’une cellule de coordination économique à l’ABE.

    Pour les huit premiers mois de 2013, 33 nouveaux dossiers ont été introduits.

    Ces résultats confortent le rôle crucial du Conseil de Coordination Economique dans le paysage économique bruxellois dans une perspective de développement à long terme. L’étude réalisée par PWC prône la pérennisation du CCE en renforçant son rôle d’impulsion et de coordination stratégique des outils économiques bruxellois au travers, notamment, des contrats de gestion.

    Un débat de fond: comment défendre les activités économiques dans le PRDD et le PRAS ?

    Le rôle du Conseil de Coordination Economique ne se limite pas à l’apport de solutions ponctuelles. Différentiel fiscal, simplification administrative, … la seconde mission du CCE est de réfléchir aux problématiques de fond rencontrées par les porteurs de projets économiques en région bruxelloise.

    Dans le cadre de l’élaboration du Plan régional de développement durable (PRDD), les partenaires du CCE ont ainsi défini une position commune, défendue ensuite par chaque institution et portée à l’attention du Ministre-Président par le Ministre de l’Economie. Ils y présentent des propositions concrètes pour défendre les activités économiques, fonction urbanistique faible comparée à celle du logement, et ainsi maintenir l’emploi à Bruxelles.

    Informations pratiques

    Personne de contacts: Françoise Lambotte, fla@abe.irisnet.be, 02/422 51 29

    Contacts presse:

    Conseil de Coordination Economique - Françoise Lambotte, fla@abe.irisnet.be

    Agence Bruxelloise pour l’Entreprise - Catherine Jansen, cja@abe.irisnet.be

    Cathy Schoels, Cathy.schoels@gmail.com