Bruxelles crée son écosystème dédié à la réalité virtuelle

  • Print

    Ce vendredi 14 novembre, plus de 200 personnes ont assisté à la grand-messe sur la réalité virtuelle organisée par impulse.brussels dans les locaux du MIC Brussels. Aux côtés des entreprises bruxelloises, des chefs de file en Allemagne, aux Etats-Unis, en France étaient présents pour faire la démonstration de leur dernière nouveauté: Pixel Rift, Video-Stitch, Wolfenstein VR, Darkfield VR, ...

    Au travers de ses trois clusters (software.brussels, screen.brussels et lifetech.brussels), impulse.brussels compte encourager le développement des entreprises bruxelloises. Trois secteurs sont prioritaires: la santé, le marketing et le gaming. A la clé, un marché juteux estimé à un demi milliard de dollars à l’horizon 2018.

    Objectif de la réalité virtuelle

    Le but de la réalité virtuelle est de faire percevoir à un utilisateur un monde artificiel (créé numériquement) ressemblant à un monde réel et de donner à cet utilisateur la possibilité d'interagir intuitivement et naturellement avec ce monde. L'intérêt est de pouvoir mettre l'homme dans un environnement que nous contrôlons, qui serait impossible à reproduire dans le monde réel ou qui serait trop onéreux ou trop risqué.

    Imaginez vivre un match au bord du terrain, étudier dans une classe avec des élèves et des enseignants situés dans le monde entier ou consulter un médecin, de chez soi, en chaussant simplement ses lunettes. Pour M. Luckey, fondateur d'Oculus VR, pionnier en réalité virtuelle, les possibilités sont immenses. "Dans un futur proche, la réalité virtuelle formera policiers, pompiersou chirurgiens, traitera les phobies, entraînera les apprentis conducteurs, sera utilisée par les cabinets d’architectes... La technologie est encore limitée mais nous avons ouvert la porte et continuons de l’ouvrir encore plus grand".

    En 2015, 6.7 millions de personnes (200.000 en 2014) utiliseront la réalité virtuelle de manière active, elles seront 171 millions en 2018.

    A Bruxelles

    Pour Juan Bossicard, manager des secteurs innovants chez impulse.brussels, « Les entreprises bruxelloises dont SoftKinetic, ont les compétences techniques pour s'approprier ce nouveau média. Dans un avenir proche, une famille sur trois sera concernée par la réalité virtuelle. Que ce soit de la simulation ou de la video à 360°, en temps réel ou en différé, la technologie VR existe, nous avons aujourd'hui besoin de contenu. Trois secteurs sont plus porteurs: la santé, le marketing et le gaming. Il est donc normal de voir se développer prioritairement des entreprises telles que VRPhobia, Lisa, FeasyMotion, ... "

    La suite: VRmeetup Belgium

    Ce n’est qu’un début. De là, d’ailleurs, l’idée d’organiser d’autres VRmeetup -toujours sur le même modèle: trois badges différents pour définir le profil de chaque participant (les enthousiastes, les développeurs ou les designers), une soirée, un espace de démonstrations et de présentations. Prochain rendez-vous, le 21 Janvier 2014. Entretemps la VR communauté sera active sur internet.