• Print

    Cédric De Cock, co-gérant du Home Bar 7/7

    A un jet de pierre de l'Université libre de Bruxelles, juste en face du cimetière d'Ixelles, un nouveau bar au 347 avenue de la Couronne... 3+4 égale 7 et avec le 7, ça fait 7/7. Un bar certes, mais un bar pas comme les autres, puisque ce sont les consommateurs eux-mêmes qui serviront leurs chopes à table, chaque table étant reliée par une pompe à de gigantesques réservoirs de bière en sous-sol. Le tout géré à partir d'un écran tactile installé également sur chaque table. Interview avec Cédric De Cock, initiateur de ce concept.

    Quand est née l’idée de cette petite entreprise?

    « L'idée de ce concept bar mûrit depuis 5-6 ans. J'y pense en fait depuis un Erasmus que j'ai eu la chance de passer à Prague au terme de mes études en journalisme à l'ULB. Et là, j'ai vu un style de bar où les consommateurs se servaient eux-mêmes leur chope de bière. Manifestement, ça marchait très bien, grosse ambiance de fête. Je rêvais de lancer ce concept ici mais, à la fin de les études, ce n'était pas le bon moment. J'ai donc débuté comme commercial dans une société. Mais l'envie de voler de mes propres ailes était trop forte. Il fallait que je lance ma propre affaire ! »

    Lancer un « concept bar » aujourd'hui, quand on sait les ravages des faillites dans l'horeca, ça ne vous fait pas peur ?  

    « C'est un formidable défi effectivement. On vient d'ouvrir notre établissement, il faudra tout de même plusieurs mois pour vérifier que ça marche. Mais je suis convaincu que notre concept va séduire beaucoup de gens. On leur propose en fait de se servir eux-mêmes les chopes de bière (NDLR: une pils bien connue des amateurs de sport... - dont ils ont envie. La pompe à bière est branchée directement sur les tables des clients; un écran tactile de contrôle permet de vérifier en permanence sa consommation mais également de passer commande pour de la petite restauration)

    HomeBarL'idée, c'est que le client se sente comme chez lui chez nous et, bien sûr, qu'il se détende et ne surveille pas trop sa consommation. Tout cela explique aussi pourquoi nous avons choisi d'ouvrir notre bar dans le quartier du cimetière d'Ixelles, juste à côté de l'ULB. Il y a une vie estudiantine très vive, et donc un potentiel client très, très important. Le côté « sport bar », avec des écrans de télé un peu partout, permet aux clients de suivre les gros événements sportifs. C'est d'ailleurs un atout pour nous : il y aura de gros événements sportifs cette année, l’Euro 2012 de foot mais aussi, bien sûr, les Jeux olympiques de Londres. Elément supplémentaire: je connais très bien les milieux belges du hockey et, on le sait, il y aura deux équipes belges - hommes et femmes - de hockey à Londres cet été. On va créer un club de supporters, parce que nous aimons le hockey, mais évidemment, on pense qu'en plus, ça nous amènera pas mal de hockeyeurs ici et croyez-moi, ils aiment faire la fête. »

    Les aides qui ont fait la différence?

    « J'ai d’abord sollicité, et obtenu, un accompagnement important auprès de l'ABE : démarches administratives, business plan, plan financier, expertise sectorielle, expertise juridique, aides au financement. On peut dire que l'ABE m'a littéralement mis sur les rails.

    Deuxième élément clé: trouver des associés. Et là, merci la famille ! J'ai créé une petite SPRL avec mes deux frères qui, en plus, ont des compétences professionnelles qui me seront très utiles : l’un gère déjà un établissement horeca, l’autre a toutes les compétences nécessaires pour la gestion comptable de l'affaire. Enfin, au jour le jour, je serai co-gérant avec Alexandre, un ami d'enfance. Pour le reste, nous devrons bien sûr employer du personnel mais, pour réduire les coûts dans un contexte économique pas très réjouissant, nous allons nous appuyer essentiellement sur du travail étudiant. »

    Principal défi pour l'avenir ?

    « Stabiliser l'activité. On a investi beaucoup d'argent et de temps pour refaire entièrement le cadre du restaurant, il faut maintenant que les clients viennent nombreux. Il faut réalimenter notre trésorerie ! »


    Interview : Adrien Mintiens -2012 


    En bref

    Nom : Cédric De Cock
    Fonction : co-gérant
    Date de naissance : 23 septembre 1983
    Diplômes principaux : licence en journalisme et communication à l’ULB
    Secteur d’activité : horeca
    Nombre d'emplois : 2 co-gérants et travail  étudiant
    Philosophie : «Vas-y, fonce !»
    Coordonnées :
    437, Avenue de la Couronne, 1050 Bruxelles