• Print

    Daniel Verougstraete, Administrateur Délégué de Routing International

    C'est le défi que veut relever Routing International, une petite PME spécialisée dans l'édition de logiciels d'optimisation du planning du transport routier. Objectif ambitieux, évidemment, mais l'entreprise a tellement évolué ces dernières années que rien ne semble impossible. C'est la conviction de son administrateur délégué Daniel Verougstraete. 

    Avant d'en venir à l'évolution de votre société, peut-être pourriez-vous définir votre métier. Que faites vous?

    « Routing International est une société active à 100% dans l'édition de logiciels d'optimisation du planning du transport routier. Notre produit phare s'appelle « WinRoute ». Ce logiciel permet non seulement de créer les plannings journaliers des véhicules de nos clients mais également d'optimiser leurs plans de transport fixe. Il permet en outre de mesurer l'efficacité et le coût des stratégies de transport mises en œuvre par nos clients.
    Je vous donne un exemple pour bien comprendre l'utilité de ce produit : Ikea livre vos achats encombrants à domicile. Eh bien la veille de chaque livraison, l'entreprise doit être capable de planifier correctement le travail de ses livreurs. Savoir combien d'hommes il faut à quel endroit pour livrer telle ou telle pièce, avec quel véhicule. Faut-il un élévateur? A quelle heure le client attend-il sa livraison? Etc., etc. C'est extrêmement complexe pour les entreprises. »

    Quand avez-vous eu l'idée de développer un logiciel de ce type?

    « L'entreprise a été créée en 1989 par Jos Sluys – qui allait par la suite créer Arinso. A l'époque, il était responsable du transport chez Unilever pour des marques de crèmes glacées. La question de la programmation du transport était donc cruciale. Il avait engagé quelques étudiants pour écrire un petit programme capable de gérer ça. Avec l'esprit entrepreneurial qui le caractérise, il en avait fait une PME avant de se lancer dans Arinso. Ce qui a eu pour effet d'arrêter la croissance de Routing International. Jos n'avait plus vraiment le temps de s'en occuper.

    La société à vivoté puis, en 2000, Michel Waterschoot arrive chez Routing. Il commence à professionnaliser la structure, à développer les affaires. Je l'ai rejoint en 2006 et à ce moment-là, à deux, nous sommes devenus majoritaires dans Routing, Jos Sluys ne conservant que 45% des parts. A l'époque, Routing, c'était une douzaine de personnes, un gros million d'euros de chiffre d'affaires, des bureaux en Belgique, en France et aux Pays-Bas. »

    Quelle a été votre priorité à ce moment-là?

    RoutingInternational« D'abord il a fallu stabiliser l'entreprise, retrouver le chemin des profits. On a changé le logo de l'entreprise, le site internet, on a aussi donné plus de de responsabilités aux gens pour faire en sorte qu'ils travaillent de nouveau dans la même direction. Nous avons aussi donné une nouvelle impulsion à notre marketing et mis la priorité sur le développement de notre produit phare : nous vendons la licence de notre logiciel WinRoute avec un contrat de service, par exemple pour les mises à jour cartographiques. Et puis, nous avons développé des sous-produits complémentaires, comme un interface web pour visualiser le planning routier, ou un lien avec le GPS Tom-Tom. Nous avons en outre engagé de nouveaux commerciaux, notamment en France, et nous avons « retravaillé » notre portefeuille clients. Bref, tout un travail en profondeur. »

    Après cette remise à plat de la société, quel est aujourd'hui votre objectif principal?

    « Nous devons doubler de taille dans les deux ans. Avec notre taille actuelle, nous sommes trop fragiles, l'avenir de la société repose trop sur quelques personnes indispensables.»

    Est-ce que cela signifie aussi que vous allez devoir retravailler en profondeur votre offre produit?

    « En tout cas, nous allons redévelopper en profondeur nos algorithmes de base pour renforcer notre produit. Nous allons aussi le rendre disponible via le web. Et là, nous avons un partenariat avec Masternaut, leader européen dans le suivi de véhicules, nous avons intégré une version simplifiée de notre moteur d'optimisation au sein même de leur plateforme. Plutôt que d'avoir deux produits, un pour l'optimisation et un pour le suivi des véhicules, l'entreprise peut aujourd'hui utiliser un outil intégré avec lequel elle gère sa flotte de bout en bout et grâce à cette intégration, elle peut facilement comparer le planning initial avec ce qui s'est réellement passé sur la route. »

    C'est un partenariat clé pour vous?

    « Oui, et il pose toute la question de notre financement. Nous avons signé l'accord de partenariat avec Masternaut fin 2007. Et depuis, nous investissons temps et argent dans ce contrat – 2 personnes à temps plein tout de même. Mais la commercialisation, elle, vient à peine de commencer. »

    C'est là que vous avez eu l'aide de l'ABE?

    « En fait, nous avons rencontré les experts de l'ABE assez vite après la reprise de Routing International. L'idée m'a été soufflée par des collègues de l'entreprise où je travaillais avant qu'elle soit reprise par Arinso. Ils m'ont conseillé d'aller voir l'ABE. Et pour tout vous dire, j'ai été carrément très surpris... positivement ! Ils sont très pragmatiques. C'est essentiel pour un chef d'entreprise, on a besoin d'idées concrètes pour obtenir le support de la Région quand on investit pour développer de nouvelles solutions technologiques.

    C'est eux qui m'ont permis de comprendre ce qu'est un « AR 123 »... Et puis, l'ABE nous a conseillé de rentrer un projet auprès de l'IRSIB, l’Institut d'encouragement de la Recherche Scientifique et de l'Innovation de Bruxelles. Car nous avons besoin de travailler sur nos algorithmes. C'est ça qui nous permet d'être présent à la fois dans ce qu'il faut bien définir comme de la recherche fondamentale et dans de la vente, du marketing, etc. Financièrement parlant, c'est loin d'être négligeable : l’IRSIB nous a octroyé un subside de 130.000 euros sur deux ans pour un projet de recherche dont le coût total est de 200.000 euros. Nous menons ce projet avec l'université de Louvain-la-Neuve. »

    Le soutien de l'ABE a-t-il eu d'autres effets pour vous?

    « Ils nous ont clairement poussés à formaliser davantage notre réflexion stratégique, à revoir notre plan d'affaires, à aller encore un peu plus loin dans ce travail. Peut-être cela peut-il vous sembler surprenant, parce qu'après tout, Michel Waterschoot et moi avons une formation qui nous permet de rédiger un plan d'affaires tout seuls. Mais en réalité, quand on reprend une entreprise comme Routing, et qu'il faut entièrement la repositionner, la remettre en état de marche, qu'il est question de survie pendant la première année, eh bien, on a constamment le nez dans le guidon. C'est là qu'un regard extérieur professionnel nous permet de percevoir des choses que, peut-être, on aurait laissé échapper.

    Autre élément : quand nous avons relancé l'entreprise, j'avais un plan d'affaires très clair avec toutes les informations à ma disposition à ce moment-là. Mais une fois qu'on se lance dans la bagarre, on découvre d'autres éléments, il faut donc s'adapter en permanence. Je voudrais ajouter que l'ABE nous a aidés à boucler notre financement en 2007 par le biais d'un emprunt auprès du Fonds de participation et d'une banque. Ce qui nous a apporté 200.000 euros indispensables à la continuation de la société. Et puis, au printemps 2008, nous avons procédé à une augmentation de capital. »

    Est-ce que vous avez douté à un moment de votre capacité à vous en sortir?

    « Au début, c'est vrai, on s'est dit qu'on n'allait pas y arriver. C'était une vraie tempête pendant la première année, mais on s'est accrochés.

    L'année passée, on a eu une croissance de 75%. Sur le dernier exercice fiscal, notre chiffre d'affaires a atteint 2 millions d'euros. L'objectif pour 2008 est 2,3 millions, avec l'équilibre budgétaire et une bonne vingtaine de salariés dans la société.

    Nous avons ouvert un bureau en Espagne, nous avons signé des accords de partenariats pour faire distribuer notre logiciel de planification du transport routier en Suède, en Grande-Bretagne, en Allemagne, au Maroc. Nous allons récolter les fruits de tous ces efforts en 2009. »

    Propos recueillis par Adrien Mintiens

    ROUTING INTERNATIONAL sa

    Nom : Daniel Verougstraete
    Fonction: Administrateur délégué
    Date de naissance : 31/08/1973
    Diplômes principaux : Ingénieur civil, MBA (INSEAD)
    Secteur d’activité : technologies de l'information/communication
    Défi pour l’avenir : doubler de taille dans les deux ans
    Hobbies : la politique, la philosophie, mes enfants, le mini foot entre amis
    Philosophie personnelle : rien ne m'excite plus que de susciter les énergies créatrices d'un groupe de personnes et, ensemble, de faire avancer un projet innovant comme un artiste ferait jaillir une œuvre d'un bloc de pierre ou d'une feuille blanche.
    Lieu : Boulevard de l’Humanité, 116 à1070 Bruxelles - 02-529.90.30 - info@routing-international.com - http://www.routing-international.com